Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Samedis Musicaux de Prades

L'association "Les Samedis Musicaux" de Prades organise un samedi par mois un concert à Prades, dans les Pyrénées-Orientales (France). Consultez régulièrement ce site Internet ou abonnez-vous à notre bulletin électronique d'informations pour découvrir la programmation de nos prochains concerts.

Articles avec #concerts archives catégorie

Dilluns 2 de juny del 2014 à figueres à les 20.30 - Concert de guitarres - "Rumores de la Caleta" - Albéniz i el flamenc - Pedro Soler i Philippe Mouratoglou

Publié le 31 Mai 2014 par Samedis Musicaux dans Concerts archivés

 

Logo-Samedis-Musicaux-couleur.jpg

 

DILLUNS 2 DE JUNY

DEL 2014 À FIGUERES

À LES 20.30


CONCERT DE GUITARRES

« RUMORES DE LA CALETA »

Albéniz i el flamenc


PHOTO SOLER-MOURATOGLOU

 

PEDRO SOLER

PHILIPPE MOURATOGLOU


Auditori Narcís Monturiol/Cercle Sport Figuerenc

C/ Narcís Monturiol, 3

 

**********

 

Entrada  : 10 euros (gratuita fins a 12 anys).

Punts de venda : Oficina de Turisme de Figueres (plaça del Sol)

i a la mateixa sala, abans del concert

 


 

 

CONCERT DEL 2 DE JUNY DEL 2014 A FIGUERES 


« RUMORES DE LA CALETA »


Albéniz i el flamenc


 Isaac Albéniz, alumne de Liszt et de Pedrell entre d’altres, mort l’any 1909, va deixar principalment « suites per a piano » (Iberia, Suite espagnole, España…) que tenen la seva font en la música popular ibèrica, especialment el flamenc. Albéniz respectava les formes originals fins al punt que, per exemple,  es podrien ballar les seves sevillanas o altres estils. Algunes d‘aquestes suites donen la impressió que les va compondre a la guitarra i per a guitarra. 

Philippe Mouratoglou, guitarrista clàssic que té un répertori molt estès, en va fer transcripcions rigoroses que interpreta amb el seu estil viu i la seva sonoritat generosa. Pedro Soler, guitarrista flamenc nascut l’any 1938, es va formar en companyia dels mestres de l’« edat d'or » del flamenc ( Pepe de la Matrona, Almadén, La Joselito, Varea…), l’art dels quals encara estava a prop del que Albéniz havia sentit, molt  diferent d’el que va esdevenir desprès de la « Movida » dels anys 70 i de la seva evolució al contacte de les músiques occidentals, jazz, bossa nova, rock, etc.

« Rumores de la caleta »  va néixer d’un  intercanvi musical  informal a l’empara del qual Pedro Soler va descobrir correspondències exactes entre ambdues músiques. Havent aprofundit aquet tema un mica més, es van revelar sorpreses curioses. Per exemple, en Malagueña, l'origen de les malagueñas flamenques és obvia, però a més, en alguns passatges (principalment a l’inici), es descobreix un manlleu molt precis a l’estil de les bulerias... Aquesta fortuna de la descoberta i del dialeg, cadascun romanent intractable pel que fa a la seva música propia, porta llum a aquest concert sense que el rigor refreni el plaer musical.

 

PEDRO SOLER és el especialiste del flamenc que va suggerir a  Jean-Louis Barrault aquesta reflecció  : « Entre totes les guitarres que canten i fan ballar el món, una és particularment pura : aquesta de Pedro Soler »...

Pedro Soler estav       a molt jove quan fou adoptat per les mestres de l’« edat d’or ». Arribat à Madrid el dia de la mort de Manuel Vallejo, encontrà les personalitats eminents d’aquesta època a la cèlebre « Villa Rosa », antigament plaza de Santa Anna. Acompanyà Perico de Cadix, Rafaël Romero i Bernardo de los Lobitos, i tingué sort d’escoltar i de veure Perico el del Lunar padre, o el llegendari Manolo de Huelva...

Les seves primeres armes, les féu amb Granaina Jose Maria, evolucionant al barri espanyol de Tolosa, llavors considerada la capital republicana de l’Espanya a exili. Jacinto Almadén, seduit per la seva sonoritat, decidà de fer-lo el seu guitarrista, i comença de fer recorreguts a Espanya al seu costat. Pedro Soler acompanyà Almadén fins a la seva mort. Desprès encontrà Pepe de la Matrona, al costat del qual aprengué molt, com ho féu amb Miguel Vargas.

Pedro Soler excel.leix en l’art de l’acompanyament – primer de la dansa, amb Carmen Amaya, La Chunga, però sobretot amb la Joselita. La bailaora va iniciar la seva carrera des de l'edat de sis anys amb figures mítiques com Juana « La Macarona » o « La Argentina ». Va ballar molt de temps, de tal manera que Pedro Soler es va poder impregnar d’aquest estil.

Pedro Soler, reconegut i apreciat per la puritat de la seva interpretació, tanmateix resta obert a altres músiques. Toca amb Atahualpa Yupanqui, de qui l’exigència musical i el rigor li van oferir un model permanent. Forma els músics del barri de Sant Jaume, à Perpinyà, i no hesita a  tocar amb ells la rumba catalana. Toca i registra amb el brasiler Nonato Luz, la cantaire brasilera Maria Bethânia, la cantaire grega Angélique Ionatos, el basc Benat Achiary, l’indi Ravi Prasad. Constitueix un dels elements destacats de la creació poètico-musical sobra un text de Federico Garcia Lorca, Poète à New York. L’aventura continua amb una formació electroacústica, encara amb Benat Achiary i els músics d’Etage 34. Tantes etapes inesperades per aquest músic subtil, delicat i discret.

De segur no té por de mesclar influències diverses. Fa uns quants anys, va emprendre a l’Índia una gira del espectacle « Près du cœur sauvage », amb Benat Achiary. En juliol del 2011, va coregistrar amb el violoncellista Gaspar Claus un album titulat Barlande…

 

PHILIPPE MOURATOGLOU va elaborar un enfocament autènticament personal de la guitarra, caracteritzat per la seva obertura tan instrumental (guitarres clàssiques, folk a 6 i 12 cordes, elèctriques) que estilística ; paral.lelament al repertori clàssic,  explorat en tota la seva amplitud i la seva riquesa - des del Renaixament fins a les músiques contemporànies, incloent-hi el barroc i les músiques d’Amèrica llatina i d’Espanya -, practica l'improvisació i el cant a través dels seus arranjaments propis d’Egberto Gismonti, Ornette Coleman, Jimmy Rowles o Stevie Wonder, i les seves composicions personals.

Collabora amb músics i conjunts de tots horitzons : aborda la creació contemporània amb el conjunt Linea i el festival Musica d’Estrasburg, el repertori simfònic amb l’Orquestra philharmònica d’Estrasburg i l'Òpera del Rin, les músiques tradicionals amb Bernard Revel i el conjunt Convivencia ; participa a projectes diversos amb el guitarrista/arranjador Bernard Struber, la soprano Ariane Wohlhuter, el guitarrista brasiler Vladimir Bonfim, el saxofonista Jean-Marc Folz...

Philippe Mouratoglou va ser l'assistent de Pablo Marquez al Conservatori nacional de regió d’Estrasburg del 2002 fins al 2007. També ensenya la guitarra i el baix elèctric a l'escola del Teatre nacional d’Estrasburg.

Al 2005, va gravar el CD O Gloriosa Domina, que recorre cinc segles de música ibèrica.

Philippe Mouratoglou està regularment convidat, com a solista o en conjunt, al festival de La Chaise-Dieu, al festival « Les Temps musicaux » de Ramatuelle, al festival Boris Vian d'Eus (Pirineus Orientals), al festival « Guitares Mosaïque » d’Estrasburg...


***********


INFORMACIÓ/RÉSERVA : + 34 (0) 652 845 770


 

E-mail : bernard-pecheur@wanadoo.fr

 

 

Internet : samedis-musicaux.over-blog.com/


 

ELS DISSABTES MUSICALS DE PRADA

71, rue du Palais-de-Justice, 66500 Prades - France

  

 


commentaires

Samedi 24 mai 2014 à Prades - Ensemble "Hirundo Maris" - Chants du sud et du nord - Eglise Saint-Pierre de Prades à 18 h 30

Publié le 31 Mars 2014 par Samedis Musicaux dans Concerts archivés

    Logo-Samedis-Musicaux-couleur.jpg 

SAMEDI 24 MAI 2014 À PRADES

 

     L'ensemble Hirundo Maris

 

ENSEMBLE « HIRUNDO MARIS »

« CHANTS DU SUD ET DU NORD »

 

ARIANNA  SAVALL

Voix, harpe gothique, harpe triple

PETTER UDLAND JOHANSEN

Voix, violon hardanger, mandoline

MIQUEL ÀNGEL CORDERO

Contrebasse, voix

 

ÉGLISE SAINT-PIERRE DE PRADES, 18 H 30

 

ENTRÉE : 15 €. ADHÉRENTS : 12 €.  T.R. : 7 €.

ENTRÉE LIBRE JUSQU’À 12 ANS.

RENSEIGNEMENTS/RÉSERVATIONS : 04 68 96 11 35

Billetterie : Office du tourisme, Magasin Renouf de Prades

et à l’entrée

 

ARIANNA  SAVALL

Voix, harpe gothique, harpe triple

HIRUNDO MARIS 2

Née à Bâle (Suisse) en 1972 au sein d'une famille de musiciens catalans, Arianna Savall Figueras commence l'étude du piano avec Susanne Hockenios, et de la harpe classique avec Magdalena Barrera. En 1991, elle débute parallèlement ses études de chant avec Maria Dolors Aldea au Conservatoire de Terrassa, où elle terminera ses études de chant et de harpe.

A partir de 1992, elle étudie l'interprétation historique avec Rolf Lislevand au Conservatoire de Toulouse et suit plusieurs cours avec Andrew Lawrence-King, Hopkinson Smith et ses parents, Montserrat Figueras et Jordi Savall. De 1996 à 2001, elle retourne en Suisse pour faire un « Aufbaustudium » de chant avec Kurt Widmer à la Schola Cantorum Basiliensis et se spécialise alors dans les harpes historiques avec Heidrun Rosenzweig.

En 2002, elle fait ses débuts au Gran Teatre del Liceu de Barcelone dans le rôle d’Eurydice dans l’Orfeo de Monteverdi, sous la direction de Jordi Savall. Avec ce spectacle, elle se produit dans les festivals et les opéras les plus prestigieux, tels ceux d'Édimbourg, Bordeaux, Brême, Vienne, Milan, Madrid et Bruxelles.

Elle interprète le rôle de Casilda dans l'opéra Arianna de Haendel, à la Scala de Bâle, participe au spectacle Sueños y Folías en tant que chanteuse et harpiste au Liceo de Salamanque et chante dans Celos aún del ayre matan, un opéra de Juan Hidalgo, à l'Auditori de Barcelone et au Konzerthaus de Vienne. Elle participe également en soliste à The Fairy Queen de Purcell avec le Main Barockorchester Frankfurt et auCombattimento di Tancredi e Clorinda de Monteverdi avec Le Concert des Nations. Entre 1997 et 2008, elle participe à de nombreux concerts et aux enregistrements d'Hespèrion XXI, et chez Alia Vox.

Parallèlement, elle se produit et enregistre avec Mala Punica (Hélas Avril, Erato), le Ricercar Consort (Sopra la rosa, Mirare), avec Rolf Lislevand (Alfabeto, Naïve), avec Pedro Estevan (El aroma del tiempo, Glossa), Il Desiderio (Jouissance vous donneray et Vergine Bella,Aelus), ou la Capella Antiqua Bambergensis (Klang der Staufer, CAB Records, 2010). Elle chante en soliste dans les Vêpres de la Vierge de Monteverdi sous la direction de Pascal Crittin, avec l'Ensemble vocal de Saint-Maurice, et avec La Fenice, sous la direction de Jean Tubéry, avec qui elle participe également au programme « Un Camino de Santiago ». En 2004, elle chante avec la Capella Reial de Catalunya à Versailles, dans Buxtehude à Graz (Autriche), ainsi que dans la Messe en si mineur de Jean-Sébastien Bach.

Arianna a joué en Europe, en Scandinavie, aux États-Unis, en Amérique du Sud, en Australie, au Japon, en Nouvelle-Zélande, en Corée du Sud, à Singapour, en Turquie, en Russie, au Canada et en Israël.

Sa passion pour la musique ancienne et pour l'improvisation la mène à l'autre extrême : la musique contemporaine. Elle se met alors à travailler intensément avec le compositeur suisse Conrad Steinmann sur la reconstruction de la musique grecque antique et les poèmes de Sappho. Fruit de ce travail, les disques Melpomen et Sappho and her time (Harmonia Mundi). Autre travail expérimental, le disque de Rolf Lislevand Nuove musiche (ECM 2006), auquel elle participe en tant que chanteuse et harpiste.

En juin 2006, elle interprète à Tallinn Lijnen, pour soprano et neuf instruments modernes, de la compositrice estonienne Helena Tulve (1972). Plus tard, elle enregistrera cette œuvre pour ECM sous la direction d'Olari Elts, avec qui elle a également chanté à l'Opéra de Rennes Quatre Instants, de Kaija Saariaho. Elle met plusieurs projets en place avec Helena Tulve. Les premières sont données à l'Opéra de Monaco : Équinoxe de l'âme et Arboles lloran por lluvia, avec Vox Clamantis, sous la direction de Jaan-Eik Tulve. En 2008, elle participe aux Carmina Burana de Carl Orff sous la direction de Manel Valdivieso et chante L'Abbé Agathon d'Arvo Pärt avec l'ensemble Cello Octet Amsterdam. En 2010, elle se produit dans plusieurs festivals consacrés à la musique d'Arvo Pärt, dont le Nargen Festival (Estonie), point de départ d'un travail intense avec le compositeur estonien et sa femme, Nora ; elle chante avec le Parco della Musica Contemporanea Ensemble sous la direction de Tonu Kaljuste.

Les chemins qu'elle a empruntés en tant que chanteuse et harpiste se retrouvent dans son premier disque en solitaire, Bella Terra (Alia Vox, 2003), où elle interprète ses compositions ; elle se produit avec son ensemble dans de nombreux festivals, notamment le Festival de Música Viva de Vic, une tournée avec les Joventuts Musicals de Catalunya, le festival de musique du monde « Sfinks » (Belgique, 2004), le « Stimmenfestspiele » (Suisse, 2005) et l’International Brosella Folk & Jazz Festival.

Chanter en s'accompagnant à la harpe est une tradition ancestrale avec laquelle Arianna Savall Figueras renoue grâce à un travail de récupération qui met en œuvre la musique ancienne et la nouvelle création musicale, toujours avec des harpes historiques. Le vidéo-clip L'Amor sur des textes de Miquel Martí Pol reçoit le prix « Coup de cœur »  décerné par Mezzo TV en 2004.

En 2009, elle crée avec son compagnon à la ville, le musicien Petter Udland Johansen, la formation « Hirundo Maris » (L’hirondelle de mer),spécialisée dans la musique ancienne, du médiéval au baroque, et la création personnelle. Leur projet créatif porte sur la musique méditerranéenne et nordique, fruit d'un vaste travail mené conjointement, et à l'image de cet oiseau migrateur, ils retrouvent les chemins de la mer et de la musique qui, depuis la nuit des temps, unissent les pays scandinaves à la péninsule Ibérique.

Fin 2009, elle sort son nouvel album de création personnelle, Peiwoh (Alia Vox), hommage aux harpes qui s'inspire d’une légende orientale. S'ensuit une grande tournée à travers l'Europe : elle est invitée au Festival de Música Viva de Vic, au Ribermúsica (Barcelone), au MDR Musiksommer, All'Improviso (Pologne), par Philippe Maillard Productions (Paris), et par Espazos Sonoros (Saint-Jacques-de-Compostelle). La critique la surnomme « la fée de la harpe ». Elle est finaliste du IIIePrix Miquel Martí i Pol (2011) avec la chanson Si tornes de l'album Peiwoh (EDR Discos), et elle reçoit la distinction de « World Music from Catalonia 2011 » de la Generalitat de Catalunya.

« Hirundo Maris » se produit dans de nombreux festivals de harpe, notamment le Festival de Dinan (Bretagne), Seduced by harps (Belgique), le Festival d'Ostrava Ada Balová (République tchèque), et en inaugure certains, comme le Festival international de harpe de Sentmenat (Catalogne), où il est régulièrement invité, et Arp Sanati Dergi à Istanbul (Turquie). Cet ensemble a enregistré chez ECM l’album Chants du Sud et du Nord, qui est présenté ce soir dans le cadre des Samedis musicaux de Prades comme le furent en leur temps Bella Terra et Peiwoh.

Arianna donne beaucoup de cours en se déplaçant régulièrement en Autriche (Handenberg) et en France, et elle enseigne à l'École de musique de Bellaterra (El Musical).

www.ariannasavall.com

 

PETTER UDLAND JOHANSEN

Voix, violon hardanger, mandoline

Son répertoire de musique classique d’opéra et de concert comporte toutes les œuvres majeures de compositeurs tels que J.-S. Bach, Monteverdi, Mozart, Mendelssohn, ainsi que des Lieder de Schubert, Grieg, Wolf, Mozart, Mahler et Brahms. Il a travaillé avec des chefs tels que Rinaldo Alessandrini, Jordi Savall, Pep Prats, Christer Løvold, Tom et Tobias Kjellum Gossmann, et a donné des concerts ou enregistré des CD avec les groupes Pechrima, Sagene Ring, Capella Antiqua Bambergensis, Pratum Musicum, La Morra, Ferarra et Lucidarium.

En 2009, il a créé avec sa partenaire, Arianna Savall, l’ensemble « Hirundo Maris ». Le premier CD du groupe a été produit pour le prestigieux label ECM par Manfred Eicher.

Avec Christer Løvold et Mark B. Lay, il a également fondé un trio vocal, le groupe « Pechrima », qui combine ses propres compositions avec des chants traditionnels. Son premier CD, Soul of man, est paru en 2011.

Petter est par ailleurs reconnu comme compositeur et arrangeur, et il donne régulièrement des cours de chant choral et en soliste, qu’il dispense à El Musical de Bellaterra (Barcelone).

www.petterudland.org

 

MIQUEL ÀNGEL CORDERO

Contrebasse

Musicien multidisciplinaie, il est titulaire du diplôme supérieur de musique classique (contrebasse) du Conservatoire du Liceu de Barcelone, et du diplôme supérieur de jazz et musique moderne (contrebasse et basse électrique) de l'ESMUC de Barcelone. Il a  réalisé ses études classiques avec Ferran Sala et travaillé avec Wolfgang Güttler, Thomas Martin (classique) et Christian McBride (jazz).

Il a participé à diverses formations  orquestrales de musique classique et contemporaine : Jove 0rquestra de Catalunya, Orquestra Acadèmia del Liceu, Orquestra de Sant Cugat, Orquestra simfònica del Vallès, Orquestra J. Carbonell Terres de Lleida, Orquestra de càmara Gonçal Comelles, Banda municipal de Barcelona et Grup instrumental Barcelona 216. Il a joué dans des productions musico-théâtrales comme West Side Story, Sweeney Tood, T’estimo, ets perfecte…, El Superbarber de Sevilla, Amants, Tot Lloll, La Generala, El perseguidor, L'Auca del senyor Esteve), Quan la Nora..., Prometeu Grec 2010.

Il a accompagné des chanteurs et artistes comme Lídia Pujol, Marina Rossell, Alfonso Vilallonga, Joan Manuel Serrat, Laura Simó, Carme Canela, Noah, Miguel Poveda, Joan Isaac, Luis Eduardo Aute, Eduard Iniesta, Sílvia Pérez Cruz et Arianna Savall. Il a participé à des programmes de télévision : Surti com surti (TV3 Catalunya), Senyores i senyors (TV2 Catalunya), Marató TV3 2009 et 2010.

Enfin, il a réalisé des enregistrements pour des films : Mi vida sin mi (Coixet) et Transsiberian, La Vida abismal (V. Pons), Tramuntada et El perquè de tot plegat (V. Pons).

Il est actuellement professeur de niveau supérieur au Taller de Músics de Barcelone.

 

 

 

   gh

 

 

 

PROGRAMME

 

Trad. norvégien / Arr. Petter Johansen                                       Bendik og Arolilja

 

Rûmî / Arianna Savall                                                              Adoucit la mélodie

 

 

 

Trad. sépharade / A. Savall                                                       Ya salió de la mar

 

Traditionnel sefardi / Arr. A. Savall                                                                                                                                             Yo me enamorí de un ayre

 

 

 

Aurelino Costa / A. Savall                                                         Harpa e delirio d’água

 

Lucas Ruiz de Ribayaz  ( XVIIe s.)                                            Tarantela

 

 

 

Trad. norvégien/ P. Johansen                                                    Om Kvelden

 

Traditionnel norvégien / Arr. P. Johan                                                                                                                                         Ormen Lange  (le Bateau viking)

 

 

 

Francesco d’Assissi / A. Savall                                                  Preghiera

 

Santiago de Murcia / A. Savall                                                  Jotas

 

 

 

A. Savall                                                                                 Naonunai

 

Trad. irlandais / A. Savall                                                          Suite celte

 

 

 

Trad. catalan / Arr. A. Savall & P. Johansen                               El Mariner

 

 

 

gh

 

 

 

LES SAMEDIS MUSICAUX DE PRADES

71, rue du Palais-de-Justice, 66500 Prades    

E-mail : bernard-pecheur@wanadoo.fr  

 

 

 

 

commentaires

Samedi 19 avril 2014 à Eus -Récital de piano avec John Blanch - Oeuvres de Chopin et Granados - Maison du temps libre d'Eus à 18 h 30

Publié le 6 Mars 2014 par Samedis Musicaux dans Concerts archivés

Logo-Samedis-Musicaux-couleur.jpg

SAMEDI

 

19 AVRIL 2014

 

À EUS 

 

RÉCITAL DE PIANO

par

JOHN BLANCH


 John Blanch au Palácio Boa Vista

 

FRÉDÉRIC CHOPIN

Ballades & Nocturnes

 

gh

 

ENRIC GRANADOS

Extraits des « Goyescas »

 

MAISON DU TEMPS LIBRE D’EUS, 18 H 30

 

 

ENTRÉE : 15 €. ADHÉRENTS : 12 €.  T.R. : 7 €. ENTRÉE LIBRE JUSQU’À 12 ANS.

RENSEIGNEMENTS/RÉSERVATIONS : 04 68 96 11 35

Billetterie : Magasin Georges Renouf de Prades et à l’entrée

 


 

  

LES SAMEDIS MUSICAUX DE PRADES

 71, rue du Palais-de-Justice, 66500 Prades 

E-mail : bernard-pecheur@wanadoo.fr   Internet : samedis-musicaux.over-blog.com/

 


 

RÉCITAL DE PIANO DU 19 AVRIL 2014 À  EUS

 

JOHN BLANCH

                                                                                                     

gh

Né au Brésil, John Blanch commence ses études de violon et piano classique à l’âge de six ans à l'École de musique Eszterháza et à l’âge de dix ans, il participe déjà à des master-classes en Europe. Il prend part aux cours de musique de chambre et orchestre avec Bruno Steinschaden de l’Université Mozarteum de Salzbourg (Autriche), et il se perfectionne avec les pianistes Nelson Delle Vigne (en Belgique) et Zbiginiew Raubo (Pologne). En France, à l’École normale de musique de Paris, il participe aux master-classes de Philippe Entremont et Jacques Lagarde (France), de Robert Roux et James Dick (États-Unis), et de Carla Giudici (Italie), entre autres.


John Blanch

 

Depuis 2006, âgé de treize ans, il se consacre exclusivement au piano. Il est admis à l'Académie de musique da OSESP (Orchestre symphonique de l’État de São Paulo), où il commence à suivre les cours de théorie, de musique de chambre et de pratique d'orchestre ; il participe à des master-classes avec de grands noms du piano actuel comme Michel Dalberto, Alexandre Tharaud, Ricardo Castro, Maria João Pires et Arnaldo Cohen. L’année suivante, il réussit son premier concours de piano et obtient le premier prix au VIIIe Concours national Villa-Lobos.

Grâce à son talent, il est invité, en janvier 2009, à enregistrer un CD en Suisse avec le pianiste Michel Dalberto, le violoncelliste Antonio Meneses et le violoniste Claudio Cruz. A cette occasion,  John a l’opportunité de jouer pour la grande pianiste argentine Martha Argerich. En mars de la même année, il est invité par le directeur artistique et maestro John Neschling comme soliste au sein de l’OSESP sous la direction de Wagner Polistchuck et au sein de l’OSRP (Orchestre symphonique de Ribeirão Preto) sous la direction de Claudio Cruz.

En juin, il participe à une tournée avec la chorale hongroise Collegium Musicum Jaurinense et en juillet, il fait partie du 52e Festival international de musique de l’académie de Nice, où il participe à des master-classes avec la pianiste française Brigitte Engerer et le Russe Evegeny Mogilevsky. A cette occasion, il est invité à jouer pour un récital privé au Palais Massena, pour les membres du gouvernement français.

En 2010, à 17 ans, après avoir réussi plusieurs examens éliminatoires redoutables, avec plus de 200 candidats pianistes venant du monde entier, il est admis au Conservatoire national supérieur de musique et danse de Paris dans la classe de Brigitte Engerer, qui a eu un rôle stratégique dans son développement musical et pianistique, puisqu’il a obtenu une mention maximale et unanime du jury dans sa premier année au Conservatoire.

Le gouvernement de São Paulo a eu connaissance de cette réussite et l’a invité à jouer en récital privé au Palais du Gouvernement de Campos do Jordão et à faire partie du 41e Festival international de musique d’hiver de cette même ville.

Actuellement,  John Blanch poursuit sa formation de pianiste avec Michel Dalberto, Marie-Claire Guay et Itamar Golan au CMSM de Paris (Master).

John est aussi un jeune cinéaste qui s’aventure dans le domaine de la communication et des médias sociaux. Son nouveau projet sur Youtube, « Le journal du pianiste », offre des images dynamiques, un langage décontracté et une pincée d’humour. Son objectif est d’attirer les jeunes vers la musique classique, brisant ainsi les barrières traditionnelles entre les musiciens et leur public. Le projet, qui a été très bien accueilli par le grand public, a maintenant plus de 230.000 spectateurs…

 



 

PROGRAMME

 

FRÉDÉRIC CHOPIN (1810-1849)

 

Ballade n° 1, op. 23 - Ballade n° 2, op. 38

Ballade n° 3,  op. 47 - Nocturne op. 27 n° 1

Nocturne op. 37 n° 1 - Nocturne op. 48 n° 1

Nocturne op. 55 n° 1

Nocturne posthume en mi mineur

 

ENRIC GRANADOS (1867-1916)

 

Goyescas (extrait) : Quejas, o la maja y el Ruiseñor

Goyescas (extrait) : El Pelele

 

gh

 



 

commentaires

Prades - Samedi 15 février 2014 - Ensemble baroque "Il Cardellino" - de Vivaldi à J.-S. Bach - Salle du Foirail à 18 h 30

Publié le 24 Janvier 2014 par Samedis Musicaux dans Concerts archivés

Logo Samedis Musicaux

 

SAMEDI

15 FÉVRIER 2014

À PRADES

L'ensemble baroque Il Cardellino

ENSEMBLE BAROQUE

« IL CARDELLINO »

L'ensemble baroque Il Cardellino

Jacques LESBURGUERES – flûte traversière

Paola BARACCO – violon

Michel COPPÉ  violon

Antoine DAUTRY – alto

Joël PONS  violoncelle

Chloé LUCAS – contrebasse

Carole PARER  clavecin


 « De Vivaldi à J.-S. Bach »

 

SALLE DU FOIRAIL, 18 H 30

 

ENTRÉE : 15 €. ADHÉRENTS : 12 €. T.R. : 7 €. ENTRÉE LIBRE JUSQU’À 12 ANS.

RENSEIGNEMENTS : 04 68 96 11 35

Billetterie : Magasin Georges Renouf et à l’entrée

 


 


 

 


CONCERT DU 15 FÉVRIER 2014 À PRADES

ENSEMBLE BAROQUE « IL CARDELLINO »

 

Jacques Lesburguères  flûte traversière

Il débute l'étude de la flûte en 1974 au CNR de Montpellier dans la classe de Robert Thuillier, où il obtient en 1979 une médaille d'or à l'unanimité, et passe ensuite trois années à Paris, durant lesquelles il se perfectionne au contact de plusieurs concertistes, ainsi qu’au cours de stages internationaux.

Il se produit régulièrement dans diverses formations de musique de chambre et comme soliste dans de nombreux festivals en France et à l'étranger. Il a à son actif de nombreux enregistrements sur CD et a été l’invité d’émissions radiophoniques et télévisées (Arte, Mezzo, France-Musique, France 2 et France 3, SWF Freiburg…).

Il a joué, entre autres, avec l’Orchestre de chambre de Varsovie, le Trio à cordes de Budapest, le Kammermusikensemble Freiburg, l’Orchestre de chambre d'État de Moscou, la Camerata de France. Il a également créé des œuvres de compositeurs tels que J.-C. Wolff, P. Evernden, C. Dachez, J. Barrachina, S. Lazarevitch...

Auteur de diverses pièces instrumentales, il dirige la collection « Flutorama » aux éditions Imagin’airs. Il est actuellement cosoliste à l’Orchestre de Perpignan-Méditerranée, et enseigne la flûte traversière et la musique de chambre au CNR de cette même ville.

 

Paola Baracco  violon

Elle débute l'apprentissage du violon au conservatoire de sa ville natale, Turin, où elle obtient en 2000 son diplôme et en 2005 la spécialisation en violon baroque.

Parallèlement, elle entreprend des études de pédagogie conclues par un mémoire de maîtrise sur « Hansel et Gretel : expériences d'apprentissage avec l’ordinateur ».

Dès 2003, elle joue dans plusieurs ensembles baroques italiens, Academia Montis Regalis, Musici di Santa Pelagia, Accademia del Santo Spirito et Scuderia della Venaria Reale.

Depuis 2009, elle se produit en France en formation avec le Quatuor baroque Armonici, Yvon Reperant, Sharman Plezner, Les Musiciens de Cythère et l’Ensemble Arianna.

Paola Baracco est professeur de violon avec la Pédagogie Suzuki à Montpellier.

 

Michel Coppé  violon

Michel Coppé s’implique dans des démarches qui font évoluer la musique aujourd’hui, que ce soit les recherches sur la musique ancienne ou la création d’œuvres contemporaines, la musique expérimentale et improvisée, le théâtre musical, le spectacle de rue.

Après une approche de la musique ancienne auprès de Michel Kienner à la Haute Ecole de musique de Genève, il est initié au violon baroque par Florence Malgoire. Il poursuit ensuite des études au CNS de musique et de danse de Lyon dans la classe d’Odile Edouard, où il obtient un master. Il est membre fondateur de plusieurs ensembles de chambre (Il Giardino Felice, Clair-Obscur) et participe à des ensembles constitués (Il Delirio Fantastico, Passo Finto, Amalzis, les Concerts de l’Hostel Dieu).

Sa formation de violoniste moderne lui permet de créer des œuvres de jeunes compositeurs (Raphaèle Biston, Vincent Laubeuf), mais aussi de participer à des ensembles de musique contemporaine comme Syntax, tourné vers la musique mixte, avec lequel il a joué des œuvres de compositeurs comme Philippe Leroux ou Bertrand Dubedout.

Il enseigne actuellement le violon baroque et moderne au conservatoire Béziers-Méditerranée.

Il cherche à allier la liberté d’invention du musicien baroque au langage nouveau et en perpétuelle évolution de la musique contemporaine dans la pratique de la musique improvisée, notamment au sein de l’ensemble Le Détrapi.

 

Antoine Dautry  alto

Antoine Dautry est professeur certifié au CRR de Perpignan depuis 2003. Médaillé d’or au CRD de Tarbes (prof. S. Kamasa) puis Prix d’excellence au CRD de Gennevilliers (prof. P.-H. Xuereb), il se perfectionne ensuite à la Musikhochschule de Graz (Autriche) dans la classe de M. Maurer. Il a également participé aux master classes de G. Caussé, K. Kashkashian et T. Riebl. Antoine Dautry a été successivement alto solo de l’Orchestre symphonique de Graz (chef F. Luisi), puis alto solo de l’Orchestre de la ville de Grenade (chef Josep Pons). Il a joué en soliste dans des grands festivals européens (Perelada, Grenade, Istanbul, Graz) et en musique de chambre avec des partenaires tels que P. Amoyal, G. Knox, M. Michalakakos, D. Tosi, Ph. Couvert ou A. Csàba.

En 2010, il a été invité en tant qu’alto solo a l’Orquestra Simfònica del Vallès (Catalogne). Il a été également alto solo de la Camerata de France et de l’Orquestra de Cambra de l’Empordà, ainsi que de l’Ensemble instrumental de Corse. Depuis 2010, il collabore fréquemment avec l’Orchestre du Capitole de Toulouse. En mai 2013, il y a été invité en tant qu’alto solo. La recherche de nouveaux horizons musicaux l’a amené à jouer avec des ensembles aussi variés que le Klangforum Wien (Autriche), l’ensemble Syntax (musique contemporaine), La Fidelissima ou Les Affinités (musique baroque). En 2006, il fonde le groupe Arkalto (orchestre d’altos au CRR de Perpignan). Il donne des master classes aux conservatoires de Toulouse, Nîmes, Bordeaux et Martinique.

Antoine Dautry est membre du trio Chagall (alto, clarinette, piano) et aussi le membre fondateur du trio Dautry (alto, flûte et harpe). Depuis 2003, il est professeur d’alto au CRR de Perpignan et alto solo de l’Orchestre de Perpignan-Méditerranée.

 

Joël Pons  violoncelle

Après avoir obtenu son premier prix au CNR de Montpellier, dans la classe d’Yves Potrel, Joël Pons poursuit ses études supérieures à Barcelone sous la direction de Lluis Claret, dont il deviendra l’assistant. Par la suite, il étudiera le violoncelle baroque au CNR deToulouse auprès d’Antoine Ladrette.

Dès le début des années 90, il collabore avec des ensembles tels que La Grande Écurie et la Chambre du Roy (dir. J.-C . Malgoire), l’Académie Sainte Cécile (dir. P. Couvert), et plus récemment La Chambre philharmonique (dir. E. Krivine), La Symphonie du Marais (dir. H. Reyne, avec qui il a notamment réalisé l’enregistrement de l’opéra Ulysse de Jean-Fery Rebel en première mondiale), et l’Ensemble Arianna (dir. M.-P. Nounou).

Cofondateur de l’ensemble La Fidelissima, il enregistrera en 2003 des sonates en trio inédites d’Antonio Caldara, disque salué par la critique internationale.

Parallèlement à son activité de concertiste, Joël Pons est sollicité par divers conservatoires en région Languedoc-Roussillon pour donner des cours magistraux de violoncelle baroque. En septembre 2007, il intègre l’école de musique de Prades (Pyrénées-Orientales), où il enseigne le violoncelle et la musique de chambre. Il est depuis 2010 professeur de violoncelle baroque au sein du département de musique ancienne du CRR de Perpignan.

 

Chloé Lucas  contrebasse

Après une formation en musique classique dès l'âge de 7 ans, Chloé Lucas obtient ses prix de contrebasse et de musique de chambre en juin 2013, au conservatoire de Perpignan. Musicienne éclectique, elle développe sa pratique à travers toutes les facettes de l'instrument. Dans sa recherche musicale, Chloé s'attache à jouer aussi bien de la musique ancienne que contemporaine, classique ou improvisée. Elle se produit dans l'Orchestre Perpignan-Méditerranée, l'Orchestre des Pyrénées et en qualité de stagiaire dans l'Orchestre national de Montpellier. Elle accompagne ainsi des solistes de renommée internationale. Sa diversité de répertoire l'entraîne dans des formations plus réduites, notamment avec son trio de musique du monde, Syrto.

 

Carole Parer  clavecin

Après des études de clavecin et de basse continue au CNSM de Lyon dans les classes d’Huguette Dreyfus et Françoise Lengellé, Carole Parer obtient le Diplôme supérieur d'études musicales dans les deux disciplines. Elle obtient une bourse du ministère de la Culture ainsi que de l'Institut néerlandais et se perfectionne auprès de Ton Koopman au Conservatoire Sweelinck d'Amsterdam. Elle reçoit aussi l'enseignement de clavecinistes français comme Aline Zylberajch et approfondit sa recherche sur les claviers anciens en travaillant le pianoforte avec Yasuko Bouvard et en suivant les master classes des spécialistes européens et américains de cet instrument (Malcolm Bilson, Bart Van Oort, Alexei Lubimov, Claire Chevallier). Passionnée par la pratique de la basse continue, elle oriente son travail sur cette spécialité et développe son activité de chef de chant.

Elle se produit avec de nombreux ensembles spécialisés en musique ancienne. Elle est durant quelques années accompagnatrice des Cours internationaux de musique ancienne de Mijas (Malaga) et de l'Escorial (Madrid). Carole Parer est cofondatrice des ensembles Caravaggio et La Fidelissima, avec lesquels elle se produit dans divers festivals..

L'enregistrement de sonates inédites d’Antonio Caldara est salué par la critique.

Titulaire des D.E. et C.A. de musique ancienne, Carole Parer enseigne au CRR Perpignan-Méditerranée.

 

 


 

 

 

PROGRAMME DU CONCERT

DU 15 FÉVRIER 2014

À PRADES

 

 

ANTONIO VIVALDI (1678-1741)


Concerto « Alla rustica » pour cordes en sol majeur

Concerto pour violoncelle et orchestre en do mineur

Concerto pour clavecin et orchestre RV 93 en ré majeur (original pour luth)

Concerto pour flûte et cordes « La Notte » en sol mineur

 

**********

 

JEAN-SEBASTIEN BACH (1685-1750)


Sonate en trio en sol majeur BWV 1038 pour flûte, violon et basse continue

Suite en si mineur BWV 1067 pour flûte et cordes

 

 


 

Logo Samedis Musicaux

LES SAMEDIS MUSICAUX DE PRADES

71, rue du Palais-de-Justice, 66500 Prades

Contacts : 04 68 96 11 35

E-mail : bernard-pecheur@wanadoo.fr

Internet : samedis-musicaux.over-blog.com/


 

 



 

 

commentaires

Samedi 11 janvier 2014 à Prades - Récital de violoncelle par Juliana Laska - Amphithéâtre du Lycée Charles Renouvier, 18 h 30

Publié le 11 Décembre 2013 par Samedis Musicaux dans Concerts archivés

Logo-Samedis-Musicaux-couleur.jpg

SAMEDI

11 JANVIER 2014

À PRADES

 

RÉCITAL 

DE VIOLONCELLE

par 

JULIANA 

LASKA 

 Juliana Laska 1

Juliana Laska 2

ŒUVRES DE

JEAN-SÉBASTIEN BACH

ARAMKHATCHATOURIAN

GASPARCASSADÓ

 

AMPHITHÉÂTRE DU LYCÉE, 18 H 30

 

ENTRÉE : 15 €. ADHÉRENTS : 12 €.  T.R. : 7 €. ENTRÉE LIBRE JUSQU’À 12 ANS.

Billetterie : Office du tourisme, Magasin Renouf et à l’entrée

 

 


 

Juliana Laska débute le violoncelle à l’âge de six ans dans son pays natal, l’Albanie. Après des études complètes au Conservatoire national d'Athènes, elle remporte à l'unanimité le Diplôme de violoncelle sous l’égide de M. Xristos Sfetsas, ainsi que les diplômes d'écriture (harmonie, contrepoint, fugue) sous l’égide de M. Andreas Xaralambous. Elle gagne en 2000 la bourse de l'Etat grec qui lui permet de venir se perfectionner en France, à Paris. Elle obtient à l'unanimité successivement le Diplôme de virtuosité et le Diplôme de concert à la Schola Cantorum sous l'égide de M. Erwan Fauré.

 

En juin 2010, Juliana Laska a obtenu le Diplôme d'État (D.E.) de l'enseignement du violoncelle auprès du ministère de la Culture. Elle est professeur de violoncelle au conservatoire du Pecq et de musique de chambre et orchestre au conservatoire de Garches. En septembre 2013, elle soutient brillamment un  Master en musique et recherche intitulé : « La confrontation de la mondialisation et de la musique traditionnelle locale chez les compositeurs grecs de la deuxième moitié du XXe siècle » à l'Université de musicologie Paris 8.

 

Juliana Laska commence sa carrière professionnelle en Grèce à partir de 1997. Elle a été membre de l'Orchestre national d'Athènes, ainsi que professeur de violoncelle aux filières du Conservatoire national d'Athènes. Depuis son arrivée en France, elle se consacre à sa vie de concertiste. Elle enregistre en 2005 le concerto de Robert Schumann en soliste avec l’Orchestre national d'Athènes et en 2007 l'intégrale des Suites pour violoncelle seul de Jean-Sébastien Bach. Elle se produit en soliste ainsi qu'en chambriste en France, en Grèce et au Japon.

www.julianalaska.com

 

**********

 

PROGRAMME

 

Jean-Sébastien BACH : Suites pour violoncelle nos 1 et 2 Aram KHATCHATOURIAN : Sonate-Fantaisie   

Gaspar CASSADÓ : Suite pour violoncelle seul 

 

**********

 

LES SAMEDIS MUSICAUX DE PRADES

71, rue du Palais-de-Justice, 66500 Prades

Contacts : 04 68 96 11 35

E-mail : bernard-pecheur@wanadoo.fr

Internet : samedis-musicaux.over-blog.com/

 

 




commentaires

Soirées thématiques des Ciné-Rencontres - "Faites de la Musique !.." - Vendredi 14 juin 2013 à partir de 18 h 30 au Lido

Publié le 2 Juin 2013 par Samedis Musicaux dans Concerts archivés

Logo Samedis Musicaux Le vendredi 14 juin  au Lido à Prades
 
Dans le cadre des Soirées Thématiques des Ciné-Rencontres :
 
"Faites de la Musique !.."
 
Soirée organisée en partenariat avec les Samedis Musicaux de Prades
El Sistema sera présenté par Marie-Christine Charlet
 
Au programme :
 
Séance 1 à 18 h 30 :
"Kinshasa Kids" - Réalisation : Marc-Henri Wanjberg
 
Séance 2 à 21 h
"El Sistema" - Réalisation : Paul Smaczny & Maria Stodmeier
 
Tarif spécial de 4.50 € la séance
 
Repas sur réservation à 20 h - Tarif : 7 € - Réservation avant le 10 juin au 04 68 05 20 47 (les réservations effectuées sur notre répondeur seront également prises en compte)
 
 
Affiche Soirées thématiques des Ciné-Rencontres - Faites de la Musique
 
 
El Sistema
Les enfants d'El Sistema
 
El Sistema est un programme d'éducation musicale développé au Venezuela et financé notamment par des fonds publics. Originellement appelé Action sociale pour la musique, son nom officiel est : Fundación del Estado para el Sistema Nacional de las Orquestas Juveniles e Infantiles de Venezuela (Fesnojiv), qui peut être traduit par : Fondation d’État pour un système national d'orchestres pour la jeunesse du Venezuela.
El Sistema est une fondation publique qui supervise les 125 orchestres pour la jeunesse du Venezuela et les programmes de formation instrumentale qui les accompagnent. EIle regroupe aussi 30 orchestres symphoniques. Mais sa plus grande réalisation est manifestée par les quelque 300 000 enfants qui fréquentent ses écoles de musique à travers le pays, et dont 90 pour cent sont issus de milieux socio-économiques défavorisés.
En 1975, au Venezuela, l’économiste et musicien José Antonio Abreu a fondé l’« Action sociale pour la musique » et en est devenu le directeur. Il a dirigé ce programme pendant les 35 dernières années sous dix gouvernements différents dirigés par les présidents des années 1980, puis sous les gouvernements de « gauche » d’Hugo Chávez et de son successeur. Alliant finesse politique et foi religieuse, Abreu s’est consacré à un rêve utopique dans lequel un orchestre représente la société idéale, et l’idée que plus un enfant se nourrit tôt dans ce milieu, mieux cela vaut pour tous.
Le gouvernement du Venezuela a commencé à financer entièrement l'orchestre d'Abreu après son brillant succès dans à une compétition internationale en 1977 à Aberdeen. Dès le début, El Sistema a été sous la tutelle du ministère des Services sociaux, et non du ministère de la Culture, ce qui a contribué de façon stratégique à sa survie. Le gouvernement de Chavez a été le mécène le plus généreux d'El Sistema à ce jour, en finançant son budget annuel de fonctionnement et en permettant les investissements nécessaires. En septembre 2007, le président vénézuélien a annoncé à la télévision un nouveau programme gouvernemental, Misión Música, conçu pour fournir des instruments de musique aux enfants du Venezuela. 
Abreu a reçu en 1979 le Prix national de musique pour ses travaux. Il a été nommé ambassadeur spécial pour le développement d'un réseau mondial des orchestres et des chœurs pour la Jeunesse par l’UNESCO en 1995, et il est aussi le représentant spécial de l’UNESCO pour le développement du réseau d'orchestres dans le cadre du Mouvement mondial des orchestres et des chœurs pour la jeunesse. 
Son réseau de 102 orchestres pour les jeunes et de 55 orchestres d'enfants (d'un effectif d'environ 100 000 membres) est venu plus tard, sous la supervision du ministère de la Famille, de la Santé et des Sports. À l'heure actuelle, il y a 286 centres de musique au Venezuela, les núcleos, généralement situées à la lisière d'un barrio. Aujourd'hui, la Fondation musicale Simón Bolívar (le système national de la jeunesse et des orchestres d'enfants et chœurs du Venezuela) regroupe près de 400.000 membres à travers tout le pays dans un système d'orchestres préscolaires, d’orchestres d’enfants, et d’orchestres de jeunes, jusqu’au orchestres symphoniques et aux chœurs d’adultes. Soixante-quinze pour cent des enfants et adolescents qui participent au programme vivent en dessous du seuil de pauvreté. 
L'un des objectifs d'El Sistema est d'utiliser la musique pour la formation, la réadaptation et la prévention des comportements criminels. Le programme El Sistema est connu pour sauver les jeunes en situation d’extrême pauvreté des dérives prévisibles vers l'abus de drogues et la délinquance. 
De nombreux participants du programme El Sistema ont commencé une carrière musicale internationale, le plus prestigieux étant le chef d’orchestre Gustavo Dudamel. Une part importante d’El Sistema est l’Orchestre symphonique Simon Bolivar (Orquesta Sinfónica Simón Bolívar). En 2007, cet orchestre a fait ses débuts au Carnegie Hall et aux BBC Proms sous la conduite de Dudamel. Avec ses meilleurs musiciens qualifiés, El Sistema a également créé un nouvel Orchestre des jeunes du nom de la grande pianiste vénézuélienne Teresa Carreno, lequel a débuté par une tournée internationale à l'automne 2010. 
Le 6 juin 2007, l’Inter-American Development Bank a annoncé l'octroi d'un montant de 150 millions de dollars de prêts pour la construction de sept centres régionaux d'El Sistema dans tout le Venezuela. De nombreux banquiers au sein de la BID étaient initialement opposés à l'emprunt, au motif que la musique classique est réservée à une élite. La banque a réalisé des études sur les plus de deux millions de jeunes qui ont reçu l’enseignement musical d’El Sistema. Cette étude montre un lien entre la participation au programme El Sistema et l'amélioration de la fréquentation scolaire ainsi que la baisse de la délinquance juvénile. Pesant les avantages tels qu'un fléchissement des taux de décrochement scolaire et une baisse de la criminalité, la banque a pu calculer que chaque dollar investi dans El Sistema recueillait environ 1,68 $ en dividendes sociaux… Soutenu par le gouvernement, El Sistema a pu inclure son programme de musique dans le cursus des écoles publiques, visant à être présent dans toutes les écoles et à soutenir plus de 500 000 enfants d'ici à 2015. 
Le 5 novembre 2007, John Williams a déclaré dans le journal vénézuélien El Nacional : «  C'est quelque chose d'unique qui doit être vu par tout le monde […] [et] dont nous un besoin urgent ici [aux États-Unis]. » Alexander Bernstein l’a confirmé le 12 janvier 2008 : « C’est quelque chose dont nous avons besoin aux États-Unis » (El Universal  de Caracas, Venezuela). 
Le 22 novembre 2007, Julian Lloyd Webber a dit à propos de l'annonce du gouvernement britannique d'une attribution de £ 332 000 000 pour l'enseignement exclusif de la musique : « Nous devons aussi remercier un pays pauvre sud-américain. En août dernier, au milieu des vacances scolaires, quand un certain nombre d'enfants britanniques en difficulté semblaient encore plus mécontents que d'habitude, le Simon Bolivar Youth Orchestra est arrivé du Venezuela pour offrir des spectacles au Festival d'Édimbourg et aux Proms de Londres ; cela a eu un effet tout simplement miraculeux. » Lloyd Webber a été nommé par le gouvernement britannique président d'un groupe de pilotage pour l'enseignement de la musique et un projet de développement communautaire inspiré d'El Sistema. 
Sistema Ecosse a été établi en Écosse avec une subvention de la Scottish Arts Council, à la suite d'une initiative de son président Richard Holloway, dans le but de briser le cycle de la pauvreté dans la région défavorisée économiquement de Raploch, et à Stirling, où l'espérance de vie masculine est de moins de 63 ans. 
En Angleterre, le ministère de la Culture a consacré 2 millions de livres à un programme de trois ans, appelé In Harmony, qui se concentrera sur trois régions pauvres. 
Le 14 février 2008, El Sistema (fondateur José Antonio Abreu) a reçu le Prix Glenn-Gould. Dans son compte rendu après sa visite (2008) à Caracas, Brian Levine, directeur général, écrit : « El Sistema a démontré de façon concluante que l'éducation musicale est une passerelle vers l'apprentissage continu et un avenir meilleur. » 
Un film documentaire récompensé a été réalisé sur le thème de El Sistema, intitulé Tocar y Luchar (Play and Fight, 2004). En 2008, un autre documentaire sur El Sistema a été réalisé par Paul Smaczny et Maria Stodtmeier : c’est ce film qui sera présenté à Prades le 14 juin 2013 par les Ciné-Rencontres et les Samedis musicaux. 
 
El Sistema-France, un développement social et musical unique
El Sistema-France est un programme de secours social, de transformation culturelle profonde, pour toute la société française sans distinction, qui met l’accent sur les groupes sociaux vulnérables et en danger. Il suit un modèle éprouvé qui démontre comment un programme musical peut créer de grands musiciens et changer la vie de centaines de milliers d’enfants démunis au sein d’un pays. Cette méthode met l’accent sur la participation intensive dès le tout début, sur l’apprentissage en groupe, sur l’enseignement mutuel, sur un engagement pris à garder ensemble la joie d’apprendre en s’amusant et sur l’omniprésence de la musique. La méthode est souvent qualifiée ainsi : « D’abord la passion et ensuite le perfectionnement. » La formation repose essentiellement sur le travail en groupe, en chœur et en orchestre, ainsi que sur une préparation permettant d’intégrer les orchestres.
 
Le projet a pour objectifs :
- d’intégrer les enfants de l’école primaire dans une pratique orchestrale et chorale intensive à long terme ;
- de s’implanter et se développer dans la communauté pour y promouvoir le développement de chœurs et d’orchestres de jeunes prioritairement, mais aussi d’adultes ;
- de préparer les futures équipes de formation à partir de l’équipe de formateurs titulaires pour de futurs projets et de perfectionner les méthodes pédagogiques. 
La mission d’El Sistema va au-delà de la musique : c’est une mission sociale, c’est un mode de vie, et l’orchestre dans ce contexte devient le modèle, l’idéal pour une communauté, pour un pays, pour le monde. Dans le contexte des barrios, des quartiers difficiles du Venezuela, les orchestres d’El Sistema donnent aux jeunes l’opportunité d’avoir un objectif, un espoir, un métier et un statut social. La musique par conséquent n’est plus seulement un mode d’expression ou un supplément d’âme, c’est un vecteur d’ascension et un programme d’insertion sociale.
 
La musique pour tous
 
Lorsqu’il a commencé avec 11 jeunes dans un garage à Caracas en 1975, José Antonio Abreu est parti du constat que de faire la musique en groupe est un droit pour tous. Tout un chacun porte en lui un potentiel, et au lieu d’adopter une approche sélective où l’on soutient l’exception et le talent, l’idée est plutôt de développer et permettre de s’épanouir les capacités spécifiques de chaque enfant. A l’image du langage, la musique est un mode d’expression que l’on peut développer à différents niveaux, si l’on adopte l’approche individualisée et si l’on commence suffisamment tôt. A la base du Sistema, les núcleos, les unités qui prennent en charge les enfants parfois dès 2 ans d’âge, parfois avec des besoins particuliers (il existe parmi de nombreuses formations un chœur destiné aux enfants à handicaps divers : Coro de Manos Blancas), qui passent leur temps extra-scolaire à apprendre des bases de la théorie musicale, et surtout, à jouer dans des formations diverses. La plupart des enfants viennent des barrios, et l’on leur dispense le repas, le transport et la location des instruments. La plupart des enfants viennent des classes les plus défavorisées, mais une partie des élèves de la classe moyenne font le choix d’intégrer le Sistema.
 
El Sistema comme une famille
 
L’autre postulat fort de l’approche du Sistema, c’est que la pratique de la musique en groupe; comme le souligne Gustavo Dudamel lui-même, tous les élèves ont le sentiment d’appartenir à une famille. Au lieu d’assister à un cours individuel et de pratiquer la musique seuls chez eux, ils apprennent en groupe, grandissent et murissent ensemble. On apprend la solidarité, la vie en groupe, l’écoute et la valorisation des compétences de chacun, au lieu de pousser l’individualisme à son paroxysme, ce qui est propre à nos pédagogies européennes dans la formation musicale. 
Tous les núcleos du pays travaillent selon les mêmes méthodes, inspirées des méthodes comme Suzuki, Kodaly ou Orff, autour d’un répertoire standard, mélange du répertoire classique et de la musique populaire latino-américaine. Le seul objectif est de donner à tous les mêmes bases, la même confiance en soi et la même culture musicale. Les talents exceptionnels émergent naturellement, mais ne sont pas un objectif de cette pédagogie. Les núcleos ne sont pas non plus équipés de façon à accompagner les surdoués ; leur trajectoire, comme c’était le cas pour Gustavo Dudamel, les mène ailleurs. 
Les plus jeunes sont parrainés par les plus grands (la célèbre pédagogue Maria Montessori a depuis plus d’un siècle appliqué le principe de l’enseignement intergénérationnel dans sa pédagogie). Les répétitions sont quotidiennes et sont basées sur un partage progressif. Chaque niveau part d’une formation orchestrale adaptée, jusqu’à la formation professionnelle, qui est l’Orchestre des Jeunes Simon Bolivar, dont Gustavo Dudamel assure la direction artistique. 
Certains détracteurs du Sistema souligneront la mainmise du gouvernement sur le projet. Cependant, comme l’explique Eduardo Méndez, le directeur exécutif du FundaMusical (nouvelle appellation pour la structure), El Sistema fonctionne en dehors du contexte politique. C’est un programme d’Etat, et non pas un programme lié à un gouvernement spécifique. Et Dudamel de rajouter : « Nous dispensons une éducation à nos enfants. Les gens aiment à politiser, mais cela n'est pas justifié. » L’argument majeur est cependant qu’El Sistema existe, se développe et progresse depuis plus de 30 ans, et n’est pas près de s’arrêter, contrairement au tableau plutôt morose des contextes d’enseignement artistique en général partout ailleurs dans le monde. Plus de 25 pays dans le monde ont adopté et adapté cette pédagogie à dimension sociale, et l'UNESCO a reconnu son utilité à l'échelle internationale. 
A l’heure où l’enseignement artistique est retiré des programmes scolaires, où les coupes budgétaires étouffent les orchestres à forte implication pédagogique, pour ne citer que deux sujets brûlants de notre actualité culturelle proche, El Sistema vénézuélien mérite une attention tout particulière. Au bout de trente ans, son impact social et culturel n'est plus à prouver; au lieu de le traiter de phénomène, il serait temps de le prendre comme modèle.
(D’après Suzana Kubik)
 
El Sistema à Salzburg
 
Le « Chœur Mains Blanches » se produira pour la première fois en dehors du Venezuela dans le cadre de la résidence El Sistema au Festival de Salzbourg en août 2013 et fera deux apparitions au Mozarteum, qu’à la fois les enfants, les adolescents et les adultes trouveront impressionnantes. 
Le « Chœur Mains Blanches » (Coro de Manos Blancas) a été fondé en 1999 dans le cadre du programme El Sistema d'éducation spéciale au Venezuela, dans le but d'améliorer l'intégration sociale des enfants et adolescents atteints de divers handicaps en leur faisant faire de la musique avec des enfants non handicapés. 
Le chœur se compose de deux groupes qui ont différentes formes d'expression artistique et se complètent ainsi les uns les autres d'une manière fascinante : une partie du chœur, composée d'enfants présentant une insuffisance cognitive ou motrice ou une déficience visuelle, chante, tandis que les membres sourds-muets de la chorale accompagnent le chant de mouvements artistiques expressifs, les mains gantées de blanc. 
« Pour les enfants avec qui nous travaillons, la musique est pratiquement la seule voie vers une existence sociale dans la dignité humaine. La pauvreté, c'est la solitude, la tristesse, l'anonymat. Un orchestre, c’est de la joie, de la motivation, du travail d'équipe, la recherche de la réussite », a déclaré José Antonio Abreu. Pour lui, l'orchestre est d'abord et avant tout une communauté où les enfants apprennent à écouter et à se respecter mutuellement. Ainsi, l'objectif est de les intégrer dans un réseau social dans lequel chaque individu assume une responsabilité commune et contribue aux résultats obtenus en commun. 
Dans le cadre du Festival de Salzbourg 2013, ce projet visionnaire et exemplaire sera présenté pour la première fois dans un contexte plus large et dans toute sa diversité à l'extérieur du Venezuela. Pour atteindre cet objectif, le Festival de Salzbourg a invité non seulement l'Orchestre symphonique Simón Bolívar - phare du programme de formation orchestrale, qui s’est déjà produit à Salzbourg - mais aussi cinq autres ensembles El Sistema. La sélection des ensembles, notamment l'invitation du Chœur Mains Blanches, prouve que El Sistema est avant tout un projet social qui lutte contre toute forme d’exclusion. 
Logo Samedis Musicaux
LES SAMEDIS MUSICAUX DE PRADES
71, rue du Palais-de-Justice, 66500 Prades
Contact : 04 68 96 11 35 Courriel : bernard-pecheur@wanadoo.fr
commentaires

Samedi 20 avril 2013 à Prades - Ensemble tzigane Hora Presta - De l'Amérique latine aux Balkans - Salle du Foirail à 18 h 30

Publié le 17 Mars 2013 par Samedis Musicaux dans Concerts archivés

Logo Samedis Musicaux
SAMEDI
20 AVRIL 2013
À PRADES
 
ENSEMBLE TZIGANE
« HORA PRESTA »
Hora presta photo n° 2 
YANNICK PONZIN, accordéon & chant
CLAIRE ARNOLD, clarinette
PASCAL GOZE, guitare
Jacques LESBURGUÈRES, flûte traversière
 
De l’Amérique latine
aux Balkans
 
SALLE DU FOIRAIL, 18 H 30
 
ENTRÉE : 15 €. ADHÉRENTS : 12 €. T.R. : 7 €. ENTRÉE LIBRE JUSQU’À 12 ANS.
 
RENSEIGNEMENTS : 04 68 96 11 35
Billetterie : Office du tourisme, Magasin Renouf et à l’entrée
 
**********

 

LES SAMEDIS MUSICAUX DE PRADES

71, rue du Palais-de-Justice, 66500 Prades

Contacts : 04 68 96 11 35

E-mail : bernard-pecheur@wanadoo.fr

 


 
Hora presta n° 1 - 1 
  
CONCERT DU 20 AVRIL 2013 À PRADES 
 
ENSEMBLE TZIGANE « HORA PRESTA »
 
 
Yannick Ponzin Accordéon & chant 
 
Native de Chambéry, Yannick Ponzin débute l’accordéon à l’âge de sept ans, puis suit sa formation avec des professeurs tels que F. Lips, R. Kakoni, H. Noth. Elle entame parallèlement des études de chant (N. Sautereau), d’harmonie et de contrepoint à l’ENM de Chambéry, puis au CNR de Grenoble. Elle part trois ans à Bratislava (Slovaquie), grâce à une bourse du ministère de la Culture, pour parfaire ses études d’accordéon avec M. Szoekéova et de chant avec H. Bandova. A l’issue de ces trois années, elle obtient successivement un DE et un CA d’accordéon, ainsi qu’une médaille de chant. En 1996, elle obtient le poste de professeur d’accordéon au Conservatoire régional de Perpignan.
Elle a créé le quatuor contemporain « Aujourd’hui et demain », pour lequel ont écrit des compositeurs tels que P. Busseuil ou J.-M. Serre. Elle donne des récitals en France et en Europe et participe à de nombreux concerts en tant que chanteuse et accordéoniste (Festival Aujourd’hui Musiques, dans la Messe de Bernard Cavanna, Requiem de Jacques Rebotier, Cantate pour elle d’Ivo Malec, Sybille de Maurice Ohana, Li Po de Bruno Ducol… Elle a créé également des œuvres de Christian Dachez, Denis Dufour, Jean-Philippe Guinlé.
Sa formation en Europe de l’Est l’a conduite à intégrer le groupe «  Hora Presta » de musique tzigane, avec lequel elle a donné de très nombreux concerts et a enregistré plusieurs CD. Elle se produit actuellement au sein d’un duo, « Voyage de notes », avec le flûtiste Jacques Lesburguères : ils revisitent à eux deux les répertoires traditionnels et baroques et viennent de sortir leur premier CD (De si de la).
 
Claire Arnold Clarinette
 
Claire Arnold commence ses études musicales  à Toulouse, puis au CRR Perpignan-Méditerranée, où elle obtient un 1er Prix de clarinette, suivi d’un Prix d’excellence en musique de chambre et d’un Diplôme de culture musicale.
Son parcours musical lui a permis de recevoir les conseils de musiciens renommés tels Richard Vieille (clarinette solo de l’Ensemble orchestral de Paris), Claude Crousier (clarinette solo de l’Orchestre philharmonique de Marseille) ou Alain Damiens (soliste de l’Ensemble InterContemporain).
Se spécialisant en clarinette basse, elle crée, au Festival Aujourd’hui musiques, de nombreuses œuvres de compositeurs contemporains, tels Bernard Cavanna, Tristan Clais, Benjamin Hertz, Vladimir Koujoujkharov, Bernard Langlois, Luis de Pablo, Jacques Rebotier, François Rossé, Daniel Tosi, Nicolas Vérin, Etienne Rolin…
Claire Arnold se produit dans diverses formations de musique de chambre : trio d’anches « L’Alba », ensemble « Mouvances », sextuor « Astoriades », Octuor à vents Perpignan-Méditerranée.
Depuis 1987, elle est clarinettiste de l’Orchestre Perpignan-Méditerranée, dirigé par Daniel Tosi. En tant que soliste, elle y a interprété le Concerto pour deux clarinettes de Franz Krommer et le Concerto pour clarinette et alto de Max Bruch.
Parallèlement à ses activités d’instrumentiste, elle obtient le Diplôme d’État de professeur de clarinette en 1990. Elle enseigne au CRR Perpignan-Méditerranée depuis 2005.
 
Pascal Goze Guitare  
 
Premier prix de guitare à l’unanimité dans la classe d’Alexandre Lagoya au Conservatoire national supérieur de musique de Paris ; Prix de perfectionnement de guitare au Conservatoire national de région de Bobigny dans la classe de Ramon Cuerto ; médaillle d’or de guitare et de musique de chambre au CRR de Perpignan dans les classes de Francisco Ortiz et Michel Lefort ; titulaire du Diplôme d’État et du Certificat d’aptitude de professeur de guitare, il enseigne actuellement au CRR de Perpignan.
Membre du quatuor de guitares « Méditerranée », il a participé à de nombreux festivals, dont : Aujourd’hui Musiques à Perpignan, les Internationales de la guitare à Montpellier, Biennales de la guitare en Tricastin, Festival de guitares en Cormatinois (Bourgogne), Festival de guitare à Rixheim (Alsace) , Festival des Deux Cités (Carcassonne), Les Soirs de Moissac, Guitares au Palais des Rois de Majorque (Perpignan), Festival des Musiques rares et dérangées (Mâcon), Automne musical en Vallespir (Pyrénées-Orientales).
Il joue dans diverses formations : duo « A2 Guitares », duo « Solstice » (flûte et guitare), « Astoria Quartet » (flûte, accordéon, violoncelle et guitare), et aussi avec d’autres formations occasionnelles.
Membre du « Collegium Vocal Méditerranée » sous la direction de Daniel Tosi (Directeur du CRR de Perpignan), il participe à de nombreux concerts et créations dans le département des Pyrénées-Orientales.
 
Jacques Lesburguères Flûte traversière
 
Né en 1960, il débute l'étude de la flûte en 1974 au Conservatoire national de région de Montpellier dans la classe de Robert Thuillier, où il obtient en 1979 une médaille d'or à l'unanimité, et passe ensuite trois années à Paris, durant lesquelles il se perfectionne au contact de plusieurs concertistes, ainsi qu'au cours de stages internationaux.
Il se produit régulièrement dans diverses formations de musique de chambre et comme soliste dans de nombreux festivals en France et à l'étranger. Il a à son actif de nombreux enregistrements sur CD et a été l’invité d’émissions radiophoniques et télévisées (Arte, Mezzo, France-Musique, France 2 et France 3, SWF Freiburg…).
Il a joué, entre autres, avec l'Orchestre de chambre de Varsovie, le Trio à cordes de Budapest, le Kammermusikensemble Freiburg, l’Orchestre de chambre d’État de Moscou, la Camerata de France... Il a également créé des œuvres de compositeurs tels que Jean-Claude Wolff, Paul Evernden, Christian Dachez, Serge Lazarevitch... Auteur de diverses pièces instrumentales, il dirige la collection « Images in airs ».
Il est actuellement co-soliste dans l’Orchestre Perpignan-Méditerranée et enseigne la flûte traversière et la musique.
Hora presta photo n° 1 - 2  
***********
 
 
CONCERT DU 20 AVRIL 2013 À PRADES
 
 
ENSEMBLE TZIGANE 
« HORA PRESTA »
 
PROGRAMME
 
R. GALLIANO : Tango pour Claude
A. PIAZZOLLA : Milonga del Angel
A. PIAZZOLLA : Escualo
 J. CARDOSO : Milonga 
 D. MILHAUD : Brazileira (extrait de Scaramouche)
 R. DI MARINO : Scurochiaro
 R. DI MARINO : Tango Trentino 
 A. PIAZZOLLA : Michelangelo 70
 
**********
 
    H. VILLA-LOBOS : Bachianas Brasileiras n° 5
    A. PIAZZOLLA : Chiquilin de Bachin
E. GRANADOS : Danse espagnole opus 37 n° 2 – Orientale
Traditionnels roumains :
Hora Moldoveneasca et Sirba Olteneasca
V. MONTI : Csardas
    Traditionnels roumains : Breaza et Cacivorba de doi
    Traditionnel yiddisch : Die Grine Kuzine
 

commentaires

Vendredi 8 mars 2013 à Prades - Concert de mandolines à Prades avec les participants au stage de La Coume dirigés par Florentino Calvo - Salle du Foirail à 18 h

Publié le 17 Mars 2013 par Samedis Musicaux dans Concerts archivés

Logo Samedis Musicaux

VENDREDI 8 MARS 2013

À PRADES

CONCERT DE MANDOLINES

Florentino Calvo avec un stagiaire 

Donné par

les participants

au stage

de La Coume

(Mosset)

dirigé par

Florentino Calvo

Jean Baptiste Camille Corot 

Salle du Foirail, à 18 heures

 

ENTRÉE LIBRE

RENSEIGNEMENTS : 04 68 96 11 35

 

Cliquez sur ce lien pour télécharger le programme du concert.

 

commentaires

Samedi 2 mars 2013 à Prades - "Autour du blues du Delta - Echoes of Robert Johnson" - Philippe Mouratoglou, Jean-Marc Foltz, Bruno Chevillon, Julien Rigaud - Auditorium du Lycée à 18 h 30

Publié le 17 Février 2013 par Samedis Musicaux dans Concerts archivés

Logo Samedis Musicaux couleur
CONCERT DU 2 MARS 2013 À PRADES 
« TRAVELING RIVERSIDE :
ECHOES OF ROBERT JOHNSON »Echoes of Robert Johnson 2
Philippe Mouratoglou, guitare et chant
Jean-Marc Foltz, clarinette - Bruno Chevillon, contrebasse
Julien Rigaud, ingénieur du son
 
LES SAMEDIS MUSICAUX DE PRADES
71, rue du Palais-de-Justice, 66500 Prades
Renseignements : 04 68 96 11 35
 
Entrée : 15 €. Adhérents : 12 €. Entrée libre jusqu'à 12 ans.

 Billetterie : Office du tourisme, Magasin Renouf et à l’entrée

 

 
« I’m a steady rollin’ man, I roll both night and day » (Robert Johnson)
 
En 1936-1937, Robert Johnson enregistre en quelques mois 29 chansons qui vont influencer toute la musique du XXe siècle, puis il s’éteint mystérieusement à l’âge de 27 ans. Pour célébrer le cinquantenaire de sa disparition, Columbia Records inaugure en 1988 un cénotaphe à la Mount Zion Baptist Church sur lequel on peut lire : «  Robert Johnson, roi des chanteurs du Delta. Malgré sa courte vie et sa brève carrière discographique, son œuvre est considérée comme une des plus puissantes de son genre : un portrait hanté et lyrique de l'esprit humain. »
A l’écoute de ses enregistrements, j’ai été frappé par l’extrême originalité de son langage, inventif et presque étrange. J’ai été impressionné par cette virtuosité remarquable, dans la combinaison d’une guitare élaborée et d'un chant si original.
J’ai été touché par cette musique enregistrée in extremis, et me suis demandé ce qu’elle aurait pu devenir, si Robert Johnson avait eu l’occasion de la développer par la suite. Imaginer ce devenir possible m’a donné la première impulsion. Lors d’un récital solo, j’ai alors intégré quelques morceaux de Robert Johnson, pour voir... voir ce que ça donnerait de jouer du blues sans vraiment venir de là. Partir de ce blues très singulier puis découvrir un angle et des perspectives.
Jouer la guitare classique nous confronte à une certaine solitude, qui me rappelle celle du bluesman. Pour ce projet, en revanche, j’ai cherché des compagnons de route, des musiciens sans a priori esthétique, prêts à tenter l’aventure et voir où cela nous mènerait. L’idée de Jean-Marc Foltz et Bruno Chevillon s’est imposée par affinité, par amitié, par convergence et par envie de complicité créative.
Ces musiciens polyvalents dont l’univers est loin du blues des origines devaient me permettre de prendre de la distance avec le sujet, et ce dernier devait, en retour, nous interroger dans nos habitudes respectives. J’ai imaginé une contrebasse qui compléterait la guitare pour former un instrument à cordes étendu, susceptible de développer des textures. J’entendais une clarinette qui répondrait à la voix, un peu comme un reflet ambigu ; une sorte d’alter ego évoquant la mythologie « diabolique » de Robert Johnson et apportant par ailleurs un univers de couleurs abstraites ou évocatrices. Enfin, concernant la guitare, je cherchais quelque chose que je n’avais pas fait auparavant. J’ai décidé de travailler dans les open tunings de Robert Johnson et découvert ainsi des possibilités inédites et des couleurs particulières. J’ai écrit de la musique et tenais à ce qu’on improvise, pour garder un espace qui reflète cette liberté inspirée si frappante chez Robert Johnson.
Dans le blues, il y a selon moi quelque chose qui n’est jamais résolu, une dimension qui reste toujours ouverte. D’où l’idée de travailler autour de Robert Johnson.
Une copie stylistique de ce qui a déjà été fait n’aurait aucun sens pour moi.
Robert Johnson, le solitaire, a laissé une empreinte dans notre mémoire qui résonne en nous quelles que soient nos origines ; ce trio en imagine, à sa façon, un prolongement. « Ce n’est plus tout à fait du blues, c’est autre chose. Echoes of Robert Johnson. »
PHILIPPE MOURATOGLOU

Echoes of Robert Johnson 1
Bruno Chevillon
Evoluant aux confins de la musique improvisée, de la création contemporaine et du jazz libre, Bruno Chevillon s’est imposé comme l’une des voix majeures de la contrebasse, alliant avec une assurance remarquable les vertus d’un accompagnateur à la présence déterminante à celles d’un improvisateur capable d’explorer jusqu’au tréfonds les possibilités expressives de son instrument.
Recherché par les principaux acteurs de la scène hexagonale (Louis Sclavis, Daniel Humair, Michel Portal, notamment), il incarne la prolongation de l’émancipation de la contrebasse dans le geste improvisé amorcée, en France, par Jean-François Jenny-Clark, Joëlle Léandre et Barre Phillips, dont il reprend les innovations avec une élégance et une fraîcheur qui semblent sans grand équivalent.
Bruno Chevillon a découvert en parallèle les arts plastiques, la photographie et l’étude de la contrebasse classique. De cette formation pluridisciplinaire, il est tentant de voir des prolongements dans sa pratique sophistiquée de l’improvisation libre : traitement de la matière sonore, goût de la performance en solitaire, attention au geste, relation physique à l’instrument, curiosité pour les échanges artistiques, indifférence aux normes stylistiques, attrait pour l’expérimentation…
S’imposant comme le plus talentueux contrebassiste de sa génération, il devient l’un des animateurs essentiels d’une famille d’improvisateurs français qui tourne le dos aux académismes et revendique le questionnement esthétique comme moteur créatif. Il révèle un tempérament d’expérimentateur, adepte de l’archet, dont il maîtrise la technique, et d’un panel de modes de jeu étendu (baguette, mailloches, préparation des cordes, résonances, percussion…) auxquels il ajoute parfois sa propre voix.
 
Jean-Marc Folz
Grandi entre répertoire symphonique, musique vocale et orchestres de swing, Jean-Marc Foltz négocie ensuite de fructueux zigzags, favorisé par une curiosité aiguisée et des rencontres opportunes qui font de lui un clarinettiste majeur et des plus atypiques en ce début de siècle. Rompu à l’interprétation classique, vite attiré par la musique contemporaine, il intègre dès 1988 les ensembles Accroche Note, Musikfabrik, InterContemporain ou United Instruments of Lucillin, qui l’aident à creuser la relation instrumentiste-compositeur et à approfondir sa connaissance des langages. Ouvert à la diversité des « familles » du jazz, il noue à partir de 2000 de solides liens avec Claude Tchamitchian (Grand Lousadzak), Bill Carrothers (Armistice Band, Playday, To the Moon), Armand Angster et Sylvain Kassap (Trio de clarinettes), et surtout Stéphan Oliva et Bruno Chevillon, complices et amis en duo ou trio…
Polyglotte, Jean-Marc Foltz possède un « bagage » de voyageur insatiable. Raison de plus pour aller vers les musiciens traditionnels Araïk Bartikian et Keyvan Chemirani, le théâtre avec Hannah Schygulla, accompagner la harpiste Anja Linder, développer ses propres compositions ou imaginer avec Stéphan Oliva « Visions Fugitives », nouveau programme en duo…
Suite logique de cette pratique des musiques vives : la création « en trio », à l’initiative de Philippe Mouratoglou et avec Philippe Ghielmetti, de Vision Fugitive, label ouvert et éclectique.
 
Philippe Mouratoglou
Depuis les années soixante, les guitaristes courent les rues. Les guitaristes classiques de façon plus discrète, quoique en nombre conséquent… Quant à ceux qui - partant d’une formation classique - se sont ouverts avec bonheur aux versions folk et électrique de l’instrument comme à l’abondante diversité de musiques qu’elles permettent de pratiquer, on les compte sur les doigts d’une main. Autant dire que Philippe Mouratoglou est un oiseau rare au pays des six-cordes, d’autant qu’il improvise aussi, et ajoute parfois à son instrument sa voix ou celle d’une soprano : Ariane Wohlhuter.
Formé par Pablo Marquez, Wim Hoogewerf et Roland Dyens, Philippe Mouratoglou a vite éprouvé le besoin d’étendre sa palette expressive et son répertoire : de la Renaissance à la musique contemporaine en passant par la musique traditionnelle, du blues de Robert Johnson revisité de façon personnelle et inspirée à un dialogue avec  la guitare flamenca de Pedro Soler autour d’Isaac Albeniz.
Rien d’étonnant, donc, à ce que son trio « So full of shapes… » joue aussi bien John Dowland que Benjamin Britten, ni à ce que son disque « O Gloriosa Domina » paru en 2005 couvre cinq siècles de musique.
Rien d’étonnant, enfin, à ce que Philippe Mouratoglou ait invité Jean-Marc Foltz et le producteur Philippe Ghielmetti à créer Vision Fugitive, un nouveau label qui apporte une bouffée d’air frais dans un monde musical souvent bien cloisonné.

commentaires

Samedi 19 janvier 2013 à Prades - Duo flûte et guitare - Mie Ogura et Atanas Ourkouzounov - Salle du Foirail à 18 h 30

Publié le 24 Décembre 2012 par Samedis Musicaux dans Concerts archivés

Logo-Samedis-Musicaux-couleur.jpg
SAMEDI
19 JANVIER 2013
À PRADES
 
DUO FLÛTE & GUITARE Mie & Atanas
MIE OGURA
ATANAS OURKOUZOUNOV
 
VIVALDI, GERSHWIN, ELLINGTON, BARTOK
DEBUSSY, OURKOUZOUNOV, COREA
& MUSIQUE TRADITIONNELLE BULGARE
 

Salle du Foirail, à 18 h 30
 
Entrée : 15 €. Adhérents : 12 €. T.R. : 7 €. Entrée libre jusqu’à 12 ans.
RENSEIGNEMENTS : 04 68 96 11 35
Billetterie : Office du tourisme, magasin Renouf et à l’entrée.
 
LES SAMEDIS MUSICAUX DE PRADES
71, rue du Palais-de-Justice, 66500 Prades
 

 
CONCERT DU 19 JANVIER 2013 À PRADES
 
DUO FLÛTE & GUITARE
MIE OGURA
ATANAS OURKOUZOUNOV
 
Atanas Ourkouzounov est né à Bourgas (Bulgarie) et a vécu à Sofia, où il a été initié à la guitare. Il poursuit ses études en France où il a comme professeurs Arnaud Dumond, Alexandre Lagoya et Olivier Chassain. Au sein du Conservatoire national supérieur de Paris (d’où il sort en 1997 avec, à l'unanimité, un Premier Prix de guitare), il étudie la musique de chambre, l’analyse, l’ethnomusicologie et l’improvisation générative.
Son activité de compositeur a été récompensée par plusieurs prix : Michele Pittaluga - Città di Alessandria (Italie, 1997), Paolo Barsacchi (Italie, 1997), Il Fronimo - Suvini Zerboni (Italie, 1998), Ciudad de Montevideo (Uruguay, 1998) et Carrefour mondial des guitares (Martinique, 1998).
Ses œuvres sont publiées aux éditions Doberman-Yppan (Canada), Henry Lemoine (France), Suvini Zerboni (Italie), Daminus (Allemagne), Margaux (Allemagne), Mel Bay (EU), D’Oz (Canada), Tuscany (EU).
Plusieurs interprètes internationaux ont joué ses compositions, parmi lesquels Shin-Ichi Fukuda, Alberto Vingiano, Pablo Marquez, Claudio Marcotulli, le Trio de Cologne, Walter Zanetti, Fabio Zanon, Stanley Yates et Patrick Kearney.
Il interprète ses œuvres accompagné de la flûtiste Mie Ogura, ainsi qu’avec l’« Ourkouzounov Ensemble », accompagné de Mie Ogura (flûte), Alberto Vingiano (guitare) et Virginie Constant (violoncelle). Il a été invité dans plusieurs festivals, dont « Chitarre dal mondo » (Suisse), « Nuits atypiques de Langon » (France), Guitar Festival of Aarhus (Danemark), Festival Internazionale di Fermo (Italie), Festival Luigi Legnani
 
(Italie), Festival d’Antony (France), « Zevener Gitarrenwoche » (Allemagne) et « Gendai Guitar » (Japon).
En 2003 est produit le premier CD de l’« Ourkouzounov Ensemble », Contes des Balkans, entièrement consacré à sa musique, sous le label KLE (Italie).
 
Mie Ogura commence ses études de flûte à l'âge de sept ans. Parallèlement, elle étudie aussi le piano. En 1989, elle finit le lycée musical de Takamatsu, au Japon, et la même année elle remporte le Premier Prix du Concours national de jeunes flûtistes à Osaka.
En 1994, elle arrive en France pour étudier la flûte avec Pierre-Yves Artaud, et en 1999 elle obtient le Prix de flûte et le Diplôme supérieur de fin d’études au Conservatoire national supérieur de musique de Paris (CNSMDP), dans les classes de Pierre-Yves Artaud et de Sophie Cherrier.
Les années 1996, 1997, 1998 et 2001, elle est boursière (première nommée) de l'Académie musicale Chigiana de Siena (Italie), classe d’Aurèle Nicolet (flûte) et d’Alain Meunier (musique de chambre). Là, elle travaille avec le compositeur Franco Donatoni, qui apprécie beaucoup son jeu.
Parallèlement à son activité de flûtiste classique, elle élargit le champ de son expérience, en étudiant l'improvisation et le jazz.
En 2001, elle obtient le Prix d’improvisation générative dans la classe d’Alain Savouret au CNSMDP. Elle étudie aussi la flûte baroque avec Pierre Séchet, l’improvisation de jazz avec Glenn Ferris, Pascal Gaubert et Jean-Charles Richard, ainsi que la musique indienne avec Patrick Moutal.
Depuis 1995, elle se produit régulièrement en tant que soliste et chambriste avec des différents ensembles et orchestres, tels que l’Itinéraire, Entretemps, l’Orchestre de chambre de Paris, l’Orchestre des lauréats du CNSM, et beaucoup d’autres.
 
CONCERT DU 19 JANVIER 2013 À PRADES
 
PROGRAMME
 
Antonio VIVALDI
(1678-1741)
Concerto n° 3
« Il Cardellino »
Allegro – Cantabile - Allegro
 
George GERSHWIN
(1898-1937)
I loves you Porgy
Summertime
I got rhythm
 
Duke ELLINGTON
(1899-1974)
Take the « A » train
 
Bela BARTOK
(1881-1945)
Sonatine Sz. 55 
« Joueurs de cornemuse »
« Danse de l’ours »
« Finale »
 
 
**********
 
 
Claude DEBUSSY
(1862-1918)
La plus que lente
 
Atanas OURKOUZOUNOV
Babini devetini
 
Chick COREA
(né en 1941)
Crystal silence
 
Traditionnel
Three Bulgarian folk pieces

commentaires
1 2 3 4 5 > >>