Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Samedis Musicaux de Prades

L'association "Les Samedis Musicaux" de Prades organise un samedi par mois un concert à Prades, dans les Pyrénées-Orientales (France). Consultez régulièrement ce site Internet ou abonnez-vous à notre bulletin électronique d'informations pour découvrir la programmation de nos prochains concerts.

Récital de pianoforte par Susan Alexander-Max (oeuvres de Haydn, Beethoven, Clementi et Hummel) le samedi 16 janvier 2010 à 18 h 30 au Lycée Renouvier à Prades

Publié le 5 Janvier 2010 par Samedis Musicaux dans Concerts archivés

Logo Samedis MusicauxPRADES


SAMEDI 16 JANVIER 2010


Susan Alexander-Max

 RÉCITAL DE PIANOFORTE


par

SUSAN ALEXANDER-MAX


 

MUSIQUE DU XVIIIe SIÈCLE :

ŒUVRES DE HAYDN, BEETHOVEN, CLEMENTI ET HUMMEL


 

Auditorium du Lycée Renouvier (route de Catllar), à 18 h 30


*****


ENTRÉE : 15 EUROS.

ADHÉRENTS : 12 EUROS. TARIF RÉDUIT : 7 EUROS.

Entrée libre pour les moins de 12 ans.

 

*****

 

RENSEIGNEMENTS :

+ 33 (0)4 68 96 11 35

E-mail : bernard-pecheur@wanadoo.fr

Internet : samedis-musicaux.over-blog.com/

Billetterie : Office du tourisme,

Magasin Renouf et à l’entrée de la salle

 

 

LES SAMEDIS MUSICAUX DE PRADES

71, rue du Palais-de-Justice, 66500 Prades

 

*****

 

SUSAN ALEXANDER-MAX

Pianoforte

 

Susan Alexander-Max est née à New York City. Elle a acquis une renommée internationale comme spécialiste du pianoforte et du clavicorde se consacrant au répertoire de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Diplômée de la Juilliard School of Music de New York, Susan a reçu une bourse pour étudier avec Ilona Kabos à Londres, où elle s’est établie et où elle habite toujours. Lauréate du concours international Jean-Sébastien Bach, elle a joué, enregistré et enseigné aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Orient et en Europe. Elle a donné des concerts comme soliste, et avec des ensembles de musique de chambre dans des festivals, des musées et galeries, des universités et conservatoires dans le monde entier et s'est également produite à la radio et à la télévision à un niveau international.

Pendant des années, Susan a été professeur au conservatoire Guildhall School of Music & Drama, à Londres. Aujourd’hui, elle donne des cours, des récitals et des master-classes autour du monde, par exemple à la Juilliard School of Music de New York, à l’Université chinoise de Hong Kong ou au Conservatoire national supérieur de musique et danse de Paris.

Susan est la fondatrice et la directrice de l’ensemble de musique de chambre The Music Collection, créé en 1996, avec lequel elle a donné des concerts dans des lieux, des festivals et des musées prestigieux et universels. Cet ensemble, spécialisé dans la musique de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, se produit exclusivement sur des instruments d’époque. Avec The Music Collection, Susan a également établi un programme d’éducation musicale des élèves de l’enseignement secondaire à travers toute l’Angleterre.

Elle a enregistré sur CD de la musique de chambre de Hummel, les premières sonates de Clementi, l’œuvre entière pour clavier (2e volume) de Domenico Zipoli (enregistrée au Metropolitan Museum of Art, New York City) et les Concertos pour pianoforte et orchestre de Johann Christian Bach. La troisième édition des Sonates de Clementi, des Sonates de Hummel (enregistrées au Musée de la musique, Paris) et les Sonates op. 5 de Johann Christian Bach (sur clavicorde) seront présentées à partir de novembre 2009. Tous les enregistrements de Susan ont reçu un accueil extrêmement favorable dans le monde entier.

 Groupe de musique de chambre

 



REVUE DE PRESSE…

 

PortraitMOZART : CONCERTO K. 414

....L’impressionnante entrée de Susan Alexander-Max au pianoforte a révélé le cœur même de la mélodie de ce mouvement – puis toute sa fantaisie.

Hilary Finch, « The Times »

 

CLEMENTI : PREMIÈRES SONATES POUR CLAVIER, VOL. 1

Sur un pianoforte attrayant par sa tonalité veloutée et son absence de nasillement, la pianiste américaine Susan Alexander-Max donne une exécution magnétique de cinq des premières sonates étincelantes de Clementi, dans ce que j’espère être le début d’une série chez Naxos.

Edward Greenfield, « The Guardian »

 

CLEMENTI : SONATES, VOL. 2

Susan Alexander-Max s’affirme avec autorité avec son second volume des premières sonates de Clementi, paru chez Naxos. (…) Cette splendide pianiste déploie une rare diversité de toucher et d’articulation, parfaitement appropriée au style de la fin du XVIIIe siècle. Mieux encore, elle est dotée d’une vive imagination, généreusement appliquée à tout un monde de finalités expressives. Le choix d’un pianoforte de Derek Adlam (une réplique d’un instrument de Michael Rosenberger, facteur viennois et disciple du grand Walter) ajoute largement à l’intérêt de ces sonates du début des années 1780. Le plaisir de la découverte ajoute à l’émotion apportée par l’exécution : quel bonheur que d’entendre ces pièces de Clementi, ce maître d’une écriture pianistique riche et brillante, sur un piano qu’il aurait reconnu et aimé.

Patrick Rucker, « Fanfare », États-Unis

 

HUMMEL : MUSIQUE DE CHAMBRE, VOL. 1

Elle joue son magnifique pianoforte avec un sens intuitif de la couleur et de la tonalité de l’instrument qui renforce encore l’élan de la musique.

Peter Burwasser, « Fanfare »

 

HUMMEL : MUSIQUE DE CHAMBRE, VOL. 2

La réussite de ce disque est imputable dans une large mesure à la pianofortiste Susan Alexander-Max, qui ne cesse d’étonner par son impeccable musicalité. C’est cette New-Yorkaise qui assure la cohésion de l’ensemble ; son jeu au pianoforte est animé d’une pulsation magique. Avec elle, rien ne paraît pédant, qualité que j’ai remarquée à la première audition d’un de ses enregistrements. Ajoutez à ces aspects sa technique exceptionnelle, et vous obtenez une artiste merveilleuse. Cette musique-là ne semble pas avoir été préparée à la seule fin d’être enregistrée. Très fortement recommandé. En fait, cinq étoiles.

Lance G. Hill, « The Classical Music Guide Forum »

 

ZIPOLI : ŒUVRES COMPLÈTES POUR CLAVIER, LIVRE II

La pianiste Susan Alexander-Max utilise pleinement les idées de Zipoli et les capacités de l’instrument. Son toucher est léger et habile, mais elle est toute disposée à mettre aussi bien à contribution tout le volume de l’instrument. Sa maîtrise est remarquable et son sens du phrasé musical exquis. Souvent, la musique semble rouler comme les vagues d’une mer calme ou le balancement d’un berceau d’enfant. Elle est également à l’aise avec n’importe quel passage ou tempo et donne toujours l’impression de se mouvoir avec la musique comme si elle ne faisait qu’une avec elle. Jamais on n’a l’impression d’écouter un succédané de Scarlatti, et si ce disque peut avoir un autre effet que d’ajouter une œuvre merveilleuse à toute discothèque classique, c’est de faire souhaiter que Susan Alexander-Max enregistre aussi un peu de l’œuvre de Scarlatti. Je crois que ce serait une révélation pour beaucoup d’auditeurs : telle est réellement la qualité de cette artiste. (…) Cette musique est belle et magnifiquement enregistrée sur un instrument rarement entendu de nos jours. Il y a là un “must" pour tous les amateurs de musique baroque à l’accent italien.

Brian J. Hay, Canada

 

Une des nouvelles productions d’Albany Records est « Domenico Zipoli : Sonate d'Intavolatura per Organo e Cembalo » (Troy 669). Zipoli est né en Espagne en 1688, mais il doit être considéré comme un compositeur baroque sud-américain. Les colons espagnols n’ont pas seulement apporté leurs canons et leurs conquistadors au Nouveau Monde, mais aussi leur culture. Zipoli s’est embarqué pour le Paraguay, mais il a fini par s’installer en Argentine, où il s’est affirmé comme l’un des compositeurs majeurs de la Nouvelle Espagne. Il y est mort en 1726, laissant en héritage de belles compositions qui ont été célébrées au Pérou, en Bolivie et dans d’autres colonies.

Sur ce disque, la pianiste Susan Alexander-Max propose quatre suites de Zipoli. Son exécution des gracieuses mélodies et de l’écriture pianistique idiomatique du compositeur est imprégnée de sensibilité et de style. L’effet en est largement renforcé par sa décision d’utiliser le piano Cristofori 1720 du Metropolitan Museum of Art. Cet instrument, avec sa délicatesse de toucher et sa tonalité argentine, est idéal pour ce répertoire et appartient exactement au type de pianos que Zipoli aurait connu. Quant à l’enregistrement, il est excellent…

Mark Kroll, « BUR Public Arts Journal », Boston, États-Unis

 



LE PROJET « MUSIC IN SCHOOLS »

 

La vocation de The Music Collection présente deux aspects. Outre leur activité « normale » de concertistes, les membres de cet ensemble sont musiciens en résidence dans des musées et de galeries et jouent dans des lieux où la musique et d’autres arts peuvent s’associer. L’aspect manifestement « éducatif » de ce programme les a conduits directement à un autre niveau de leur raison d’être, à savoir le projet Music in schools. Cette initiative vise à enrichir la communauté, à créer de nouveaux publics et à inciter les jeunes à donner libre cours à leur talent, ou simplement à leur intérêt pour la musique.

 

La musique classique : la « pop music » du XVIIIe siècle

 

Dans le cadre du projet Music in schools, The Music Collection présente aux jeunes élèves ses instruments historiques et la musique que jouaient et composaient Mozart, Beethoven et Haydn. Ses concerts-ateliers sont basés sur les besoins et les capacités de chaque école, des programmes appropriés étant établis avec les responsables des études musicales. Certaines écoles sont intéressées par l’activité de concert, d’autres préfèrent des ateliers qui permettront aux élèves d’améliorer leurs résultats aux examens.

Les ateliers proposés par ce programme ne sont pas seulement une source de plaisir esthétique, mais aussi d’information musicale, et ils peuvent établir des corrélations avec l’art, la littérature et l’histoire sociale du XVIIIe siècle. Entièrement gratuits pour les écoles comme pour les participants, ils prennent de l’extension en fonction de l’appui apporté par les collectivités locales, par les pouvoirs publics et par des entreprises.

Le but de cette initiative est clairement énoncé : « Rendre la musique classique accessible à tous et jouer de la bonne musique avec des jeunes gens à l’âge où ils sont le plus réceptifs, en les encourageant toujours à participer. »

 

 


Les Samedis musicaux de Prades – 71, rue du Palais-de-Justice, 66500 Prades

Tél. : 04 68 96 11 35. E-mail : bernard-pecheur@wanadoo.fr

 



 

 

 

commentaires